Accueil  >  Blog  >  Article
Le deuil
02 nov. 2021 Flavie Coquelin 3 minutes

L'insensibilité des autres face à mon deuil

Suite à la perte d'un être cher, chacun vit son deuil de manière différente et individuelle. L'incompréhension de l'entourage, face aux sentiments d'une personne endeuillée est une souffrance supplémentaire qui vient asseoir un chagrin déjà profond.

Deuil

Le travail de deuil relève de l'intime. Nous n'avons pas tous la même souffrance émotionnelle et le processus de deuil diffère selon l'âge, le vécu, mais aussi en fonction de la relation au défunt. Si certains proches pleins d'empathie, sont très présents aux côtés de la personne endeuillée pour un accompagnement au deuil, d'autres en revanche font preuve de peu d'altruisme. L'incompréhension et l'insensibilité de l'entourage peuvent parfois engendrer des troubles psychologiques chez la personne endeuillée qui sont à même de conduire vers une dépression profonde, symptôme d'un isolement psychologique et d'une souffrance émotionnelle intense.

Deuil : une souffrance émotionnelle propre à chacun

Au même titre que nous ne sommes pas tous égaux face à la vie, nous ne sommes pas tous égaux face à la souffrance émotionnelle générée par la perte d'un proche. Cette souffrance émotionnelle relevant de l'intime, elle ne peut, ni être niée par l'entourage, ni combattue. Chacun réalise son travail de deuil à son rythme en fonction de son âge, de son histoire mais aussi et surtout des liens qui nous unissaient au défunt. Du simple chagrin à la dépression la plus profonde, le panel des sentiments qui interviennent dans un travail de deuil sont aussi divers que variés. Lorsque l'on désire accompagner un proche, l'accompagnement du deuil doit se faire dans le plus grand respect des émotions de la personne endeuillée. Il ne s'agit pas de sous-estimer la souffrance émotionnelle mais de la respecter. Cependant certains membres de l'entourage de la personne endeuillée peuvent faire preuve d'une insensibilité ou d'une incapacité de compréhension face à une personne endeuillée. Ce type de situation n'est pas un cas isolé, elle est même relativement courante. Bien souvent, le cercle social ou familial de la personne endeuillée se restreint.

L'ignorance affective de l'entourage face à l'endeuillé

Comme nous l'avons déjà évoqué, le processus de deuil est un cheminement intime qui diffère d'un individu à l'autre. Le registre de valeur émotionnelle diffère d'une personne à l'autre en fonction de nombreux critères et notamment du lien qui unissait la personne endeuillée au défunt. Il faut bien distinguer le deuil de la personne et celui de la relation (en plus de l'être aimé(e), on perd son couple, son statut d'enfant, de meilleur(e) ami(e), de frère, de sœur, de parent …). L'image que renvoie la personne endeuillée peut aussi être insupportable pour l'entourage qui voit là aussi sa propre souffrance. Cette projection peut être tellement douloureuse que les proches préfèrent la nier et se montrer insensibles afin de limiter leur propre souffrance émotionnelle. Ce qui peut être perçu comme un manque total d'empathie n'est en réalité qu'une protection pour masquer leur propre souffrance. Ce n'est bien souvent, qu'une stratégie pour conserver la maîtrise d'eux-mêmes. Ce mécanisme qui tend à nier la souffrance émotionnelle de la personne endeuillée n'est qu'un leurre. Ce que ces proches montrent et qu'ils acceptent d'extérioriser n'est pas le miroir de leurs ressentis et de leurs émotions. Ils cachent bien souvent leur propre souffrance émotionnelle derrière une image insensible. Le travail d'accompagnement du deuil doit laisser toute la place à la douleur de la personne endeuillée afin que cette dernière puisse faire son travail de deuil en respectant ses propres étapes. Il faut du temps et beaucoup de patience pour faire face à l'absence, à la perte d'un être cher. Chaque étape du deuil a son importance. Le processus de deuil peut parfois être long, durer plus d'une année, mais il ne doit pas rendre la personne endeuillée prisonnière de sa douleur. Au fil du temps, la douleur profonde se mue en chagrin. L’anémotivité et le manque d'empathie de toutes celles et de tous ceux qui font un accompagnement au deuil est une source de souffrance supplémentaire pour la personne endeuillée. Cette insensibilité génère un isolement supplémentaire susceptible de plonger la personne endeuillée dans une dépression ou de stimuler des troubles psychologiques supplémentaires. Mais comme dans tous les processus de deuil, en plus de la profondeur de la douleur de chacun, la personnalité de chaque être tient une place prépondérante. Tout comme dans la vie, il y a des battants et des sujets plus faibles. Face au vide, parfois immense, laissé par la perte de l'être aimé, chaque personne endeuillée met en place ses propres stratégies pour reprendre le cours de sa vie.

Plus d'émotions pour limiter les troubles psychologiques

Chaque personne endeuillée est soumise à plusieurs vagues d'émotions fortes qui génèrent des troubles psychologiques temporaires. Au fil du temps et de l'avancée du travail de deuil, ces troubles psychologiques s'estompent au profit de nouvelles émotions moins violentes. Si l'accompagnement au deuil est réalisé par des personnes manquant de compassion, le sujet endeuillé se trouve dans une situation d'isolement psychologique insupportable. Événements heureux de la vie ou deuils, chacun gère ses émotions et les différentes vagues de sentiments qui le submergent, à sa manière. La stratégie d'accompagnement au deuil, comme son nom l'indique, doit être un accompagnement qui doit se concrétiser par une écoute, un soutien de chaque instant et un respect permanent. La violence de la mort ne doit pas être remplacée par la violence des mots et des actes. Chacun doit accepter que le processus de deuil est intime et qu'il peut parfois être long. Le travail de deuil est un véritable travail sur soi dans lequel personne ne peut interférer. Accepter la douleur de l'autre est le meilleur moyen pour accompagner un travail de deuil

Laissez un commentaire